L’Hypnose pour les enfants

fille et etoilesDans l’article sur « L’hypnose, comment ça marche » on a démystifié l’hypnose et on a montré le fait que l’hypnose est un état naturel que nous explorons plusieurs fois par jour spontanément, sous forme de rêverie. Cet état apparait spontanément quand on conduit automatiquement la voiture, à chaque fois que notre attention est absorbée par contemplation d’un beau paysage, etc.

L’hypnose donc marche grâce à la communication avec notre inconscient qui nous guide à résoudre des problèmes que notre conscient ne peut ou ne sait pas comment résoudre.

L’hypnose est un état modifié de conscience qui ressemble à la relaxation ou à un était méditatif. Il permet au thérapeute d’avoir plus facilement accès à l’inconscient et ainsi d’intervenir sur le comportement. L’enfant est toujours conscient et collabore avec le thérapeute, ce qui rend son accord essentiel pour une intervention efficace. C’est donc ce qu’on appelle aujourd’hui la Pédohypnose.

Pendant une conversation récente avec une mère inquiète pour son enfant de 7 ans qui ronge ses ongles et qui est très anxieux, on a eu la possibilité de discuter les bénéfices thérapeutiques de cette méthode qui fonctionne d’une manière naturelle et très positive sur les enfants.

Les études ainsi que mon expérience montrent que le travail avec les enfants concernant l’hypnose a beaucoup de succès parce que leur imagination est beaucoup plus développée que l’imagination chez les adultes. Les enfants s’ouvrent beaucoup plus facilement et le hypnotérapeute peut utiliser une série de méthodes d’une manière efficace et de courte durée. Exemple de méthode que je préfère et que j’utilise avec succès : les jeux de rôle, les histoires, le jeu (selon l’âge), les marionnettes, la visualisation guidée etc.

Des études importantes aux Etats Unis par publiées par exemple en ‘Journal of Paediatrics’ ont montré que l’utilisation de l’hypnose en thérapie pour les enfants a diminué les maux de tête et le disconfort en proportion de 75% !

L’étude de London & Cooper (1969)  a établi des normes de développement pour la susceptibilité hypnotique. Cette étude se base sur la passation auprès de 240 enfants de l’Echelle de Susceptibilité Hypnotique pour les Enfants – CHSS – (London, 1963) adaptée aussi de Standford Hypnotic Scale pour adultes (Weitzenhoffer & Hilgard, 1963). Cette échelle se compose de 22 items testant la réalisation de suggestions idéodynamiques motrices ou cognitives – manifestation motrice, sensorielle ou affective sur la base d’une représentation mentale, le sujet ayant l’impression que cela agit indépendamment de sa volonté – comme la fermeture des yeux, la lévitation ou l’anesthésie d’un bras, une hallucination visuelle, auditive ou olfactive ou encore la régression en âge. Cette étude confirme le consensus issue de plusieurs études anciennes synthétisées par Weitzenhoffer (1959) concluant que les enfants sont plus réceptifs à l’hypnose que les adultes et qu’il y a une relation curvilinéaire entre l’âge et la susceptibilité avec un accroissement jusqu’à la puberté où elle atteint un maximum puis une décroissance lente jusqu’à la fin de l’adolescence.

En conclusion, selon ces études scientifiques, les enfants entre 7 et 14 ans ont le score le plus élevé et les enfants entre 5 et 7 ans et ceux de 15 ans ont le score le plus bas concernant l’efficacité de l’hypnose, en confirmant également que les enfants sont généralement plus réceptifs, plus ouverts que les adultes à cet outil thérapeutique.

La raison pour laquelle l’hypnose est un outil si efficace quand on travaille avec les enfants est aussi liée au fait qu’ils ne sont pas si conditionnés et ils n’ont pas ‘les ancrages négatives’ que les adultes ont. Donc la communication avec leur inconscient et leur ouverture d’esprit sont des atouts en plus de l’imagination  pour créer un lien thérapeutique et assez vite avec le hypno thérapeute.

Bien que les enfants soient plus réceptifs et moins résistants que les adultes à l’hypnose, évidemment, il  y a parfois des situations ou le choix de la méthode selon l’âge, le souci de l’enfant et son type de personnalité jouent un rôle important, tout comme l’expérience et le talent de l’hypnoterapeute de savoir communiquer avec les enfants, de ‘voir’ le monde par leurs yeux. Coopérer avec la famille,  bien appliquer les informations concernant ses gouts, ses hobbies, son environnement sont des aspects importants tout comme les connaissances du thérapeute et le choix des outils adaptés (suggestions).

Voilà quelques exemples des problèmes qui peuvent être traités d’une manière efficace en thérapie grâce à l’hypnose :

–          les performances scolaires

–          l’anxiété et le stress

–          l’estime de soi (pour éviter ou résoudre les problèmes de harcèlement à l’école)

–          l’énurésie (pipi au lit, des tests sont nécessaires pour bien clarifier/ éliminer la cause médicale, physique)

–          peur et cauchemars

–          sucer les doigts

–          blocage et trouble de comportement après le divorce des parents, la perte d’un grand parent etc

–          dépression

–          agressivité

–          phobies

–          hyperactivité

L’hypnose peut aider un enfant qui a des soucis à l’école à trouver des amis, donc qui a des problèmes de socialisation ou d’estime de soi, mais aussi à améliorer ses performances (scolaires, sportives) ou à développer des mécanismes pour gérer certains types d’émotions ou de comportements.

L’hypnose utilise l’inconscient pour contrôler les fonctions de nos corps, par conséquence c’est l’outil adapté à résoudre les problèmes d’énurésie, par exemple.

Un enfant hyperactive, selon mes expériences, apprend très vite à se relaxer grâce à l’hypnose et le parent peut utiliser le soir ou quand il a besoin un mp3 que je lui offre pour l’avoir à la maison et bien continuer à aider son enfant.

Le travail hypno thérapeutique avec les enfants est une expérience très positive et riche. Les enfants  de moins de 12 ans,  préfèrent généralement tenir leurs yeux ouverts et se laissés glisser dans les jeux des suggestions hypnotiques tout naturellement. Ils peuvent s’exprimer, bouger et en même temps absorbant les informations et se laissant aller, ce qui est extraordinaire. Utiliser des mots simples, parler leur ‘langage’ et créer un monde magique ainsi qu’un lien affectif, basé sur la confiance et la complicité c’est un aspect essentiel.  Bien connaitre les gouts, les hobbies et certains aspects concernant chaque enfant et coopérer avec la famille c’est l’aspect principal en ce qui concerne l’efficacité rapide de l’hypnothérapie chez les enfants.

Pendant certaines séances j’utilise une musique douce, parfois, je comprends que l’enfant préfère juste ma voix ; je l’habitue donc au scénario et à nos ‘jeux’ que je peux enregistrer après et donner à se parents pour les réutiliser à la maison pour son confort et pour m’assurer que les effets et les bienfaits de l’hypno thérapie restent à long terme.

En conclusion, l’efficacité et les bénéfices de l’hypnotherapie chez les enfants sont de plus en plus décrites et mises en évidence de nos jours,en France aussi, car c’est une technique qui n’a rien de dangereux.

Je remercie à Simone, la maman qui m’a inspirée cet article et a réussi à enlever ses doutes.

Pour participer aux ateliers en cours (thérapie par le jeu, parents/enfants, estime de soi etc), n’hésitez pas à consulter cette page: http://bestherapie.com/ateliers-groupe-de-soutien/

Pour apprendre plus sur l’hypnose – outil thérapeutique – comment changer les habitudes, vous pouvez lire cet article: http://bestherapie.com/changer-les-vieilles-habitudes/

Ressources utiles :

LONDON, P. & COOPER, L.M. (1969). Norms of Hypnotic Susceptibility in Children. Developmental Psychology, Vol. 1, No. 2, 113-124.WEITZENHOFFER, A.M., & HILGARD, E. R. (1963). Stanford Profile Scales of Hypnotic Susceptibility, Forms I and II. Palo Alto, Calif.: Consulting Psychologist Press